m-O-m Logo

m-O-m

m-O-m est né d’une fascination : amplifier la lumière pour l’écouter. Quand le lumineux devient sonore, la puissance vibratoire des lampes invoque un lyrisme électrique sur fond de couinements magnétiques. Des sonorités noisy calquées sur une rythmique technoïde primaire, de l’ambient coloré… Un dispositif de traitement sonore analogique temps-réel pour une richesse spectrale lumineuse augmentée. Un concert-installation immersif qui dialogue avec l’espace.

m-O-m is born from a fascination: amplifying light in order to listen to it. When brightness becomes sound, the vibratory power of lamps calls upon an electric lyricism with a background of magnetic squeaks. Noisy tones traced on a primitive technoid rythm, coloured ambient… A live-analog-audio-processing for a richer lighting spectrum. An immersive concert-installation in dialog with the space it occupies.

© Brice Robert
© Mattias Launois
© Paul Gevrey
© Brian Ravaux
© Paul Gevrey
© Paul Gevrey
© Zheshen Jiang

ZENITH 2000K

Dans un continuum autour du trio espace-lumière-son, ZENITH 2000K propose une expérience sonique monochromatique. Le terme Zénith évoque une métaphore solaire pour cette installation composée d’un ensemble de particules lumineuses à la fois hypnotisantes et éblouissantes. 2000K pour 2000°Kelvin, caractéristique de la température de couleur chaude des lumières diffusées, identique à celle du soleil couchant.

Pensé comme un endroit de passage entre deux états de conscience, c’est un portail massif de lumière propulsant des infra-basses. Un corps augmenté de capteurs pour une chorégraphie vibratoire.
Une plongée méditative dans le monde du photon…

In a continuum of the space-light-sound trio, ZENITH 2000K offers a blinding monochromatic sonic experience. Zenith evokes a solar metaphor for this installation composed of a hypnotizing and dazzling ensemble of light particles. 2000K for 2000°Kelvin, the temperature of the warm color of these diffused lights, identical to those of a sunset.

Imagined as a corridor between two states of consciousness, it’s a massive light portal propelling sub-bass frequencies. A body augmented by sensors for a vibratory choreography. A meditative dive into the photon world…

© Laurent Lecas
© Baptiste Laigle
© Laurent Lecas

Saturniidae Toccata

Une tentative de transcription d’une vision vécue, évidente dans la Nature et pourtant complexe dans sa reproductibilité. Celle d’êtres vivants animés pour un fort désir de lumière, constatée lors d’un été par l’invasion de la pyrale du buis en Drôme.
À partir de cette image s’ouvre un chemin vers la fabrique d’un paysage artificiel fantasmé où papillons de nuit, lumière et musique s’entremêlent. Une mise en scène cinématographique place ces insectes au centre de questionnements profonds. Quelles sont les stratégies de la Nature? Comment s’opère le passage du réel à l’imaginaire ? Comment placer du vivant dans une oeuvre sans colporter l’image de sa propre consommation ? Peut-on détacher une image purement plastique de ses moyens de production? Quelles sont les durées de vie d’une image? Où interviennent nos émotions humaines ? …

Ainsi donc, le rapport au temps vécu est ici central. Tel un miroir, l’oeuvre se divise en deux: l’espace volière et l’espace élevage. A la tombée de la nuit, les papillons s’activent dans la volière au rythme d’une toccata contemporaine spécialement composée pour synthétiseurs modulaires augmentés de capteurs réagissant aux changements de lumière et aux potentiels mouvements des lépidoptères. La musique vécue par les imagos est enregistrée sur bandes magnétiques puis diffusée ensuite dans l’espace élevage aux futures générations de chenilles, comme la matérialisation d’un lien héréditaire absent chez ces insectes orphelins. La musique comme témoin de la puissance du cycle vital (vie/mort) telle une strate temporelle.

An attempt to transcribe a lived vision, evident in Nature but complex to reproduct. That of living beings animated for a strong desire for light, observed during a summer in Drôme (Fr) with the Boxwood Moth’s invasion. Starting with this image, it opens a path to a factory of a fantasized artificial landscape where moths, light and music are blending. A cinematographic staging put these insects at the center of deep questioning. What are Nature’s strategies? How does the transition from the reality to the imaginary take place? How to place life forms in a work without carrying the image of its own consumption? Can a purely plastic image be detached from its production? What are the lifespan of an image? Where do our human emotions come in? …

Thus, the relationship to lived time is central here. Like a mirror, the work is divided into two parts: the cage space and the breeding space. At nightfall, moths move into the cage on the rhythm of a contemporary toccata, specially composed for modular synthesizers connected to light-sensors. Then the music experienced by the imagos is recorded on magnetic tapes and broadcast in the breeding space for the future caterpillars’ generations, as a concrete hereditary link inexisting in these orphaned insects. Music as a witness of the life cycle’s power and as a temporal stratum.

© Thomas Laigle
© Laurent Lecat
© Thomas Laigle
© Laurent Lecas
© Thomas Laigle
© Thomas Laigle
© Thomas Laigle

Midnight Plazza

Au carrefour du monde de la nuit, Midnight Plazza est à mi-chemin entre un poste d’observation d’insectes et un récital pour synthétiseurs. 
Tel un phare terrestre, des tubes lumineux envoûtent la faune environnante grâce au pouvoir d’attraction des photons. Ces mêmes lumières modulent également (selon leurs intensités) les sons des deux synthés.

Un concert de plein air transformé en chasse aux papillons pour captiver humains et non-humains au milieu de l’obscurité.

At the crossroads of the world of the night, Midnight Plazza is halfway between an insect observation post and a synthesizers recital. Like a terrestrial lighthouse, light tubes enchant the surrounding fauna thanks to the power of photons’ attraction. These same lights also modulate (according to their intensities) the sounds of the two synths via solar cells.

An outdoor concert transformed into a moth hunt to captivate humans and non-humans in the middle of darkness.

© Thomas Laigle
© Thomas Laigle
© Thomas Laigle
© Thomas Laigle

TourAgenda

29 Jan 2022
Paris - lieu secret

ZENITH 2000K